Lutte contre le paludisme à l’école primaire LUSUKULA à Lubile en RDC: Etude préventive avec la tisane Artemisia

Selon l’essai clinique randomisé double aveugle mené dans la zone de santé de Kalima par l’association More For Less, les catégories les plus touchées par le paludisme sont les enfants âgés de moins de cinq ans et les femmes enceintes.

La gravité du paludisme conduisant souvent à la mort est observée chez ces catégories de la population. Plus de 50% à l’âge scolaire des décès en Afrique sont liés au paludisme.
Les enfants à l’âge scolaire sont les plus vulnérables, ils sont souvent asymptomatiques, et constituent un réservoir de parasites, contribuant ainsi à la transmission à la pérennité du paludisme à l’échelle locale.

Si elles ne sont pas traitées ou sont traitées en retard, ces infections peuvent entraîner l’anémie et réduire la capacité des enfants à se concentrer et apprendre à l’école. Plusieurs études montrent l’impact du paludisme sur l’éducation en attestant que le paludisme serait la cause principale d’absentéisme à l’école et affecterait les performances scolaires des enfants.

1. Les enfants d’âge scolaire ont le plus fort taux de paludisme.
2. 75% d’enfants à LUBILE ont le paludisme.
3. La majorité des cas sont asymptomatiques et ne sont donc jamais traités.
4. Le paludisme cause l’anémie qui réduit la capacité des enfants à se concentrer et apprendre en classe, et l’absentéisme scolaire.

Début octobre 2016 et fin Décembre 2016, l’Association More For Less en partenariat avec la Maison de l’Artemisia de Lubile et le Centre de Santé de Lubile ont réalisé une petite étude observationnelle dans une école primaire de LUBILE pour évaluer l’impact de l’utilisation de la tisane d’Artemisia dans la lutte contre le paludisme en milieu scolaire.
Tous les enfants à l’école ont reçu la tisane trois fois par semaine au début de l’année scolaire qui a coïncidé avec la fin de la saison de haute transmission du paludisme (novembre). La tisane était préparée par les femmes volontaires de l’Association TUJENGE (Construisons) et a été administrée par une équipe de volontaires formée par l’Association More For Less.
L’objectif principal de cette étude était de mesurer la capacité de la tisane de tuer les formes symptomatiques des parasites du paludisme à la fin de la période de haute transmission, prévenir le paludisme et ainsi réduire sa transmission.

La goutte épaisse, clairance parasitaire, la prise de température axillaire ont été faites au début de l’étude en Octobre 2016. Les paramètres tels que le poids, la taille, l’âge, sexe, taux d’Hb ont été pris aussi au début de l’étude. Deux groupes de 100 élèves ont été constitués dont le groupe d’intervention et le groupe de comparaison ou témoin.
L’impact de l’intervention a été évalué en comparant les indicateurs de santé et d’éducation (présence ou absence à l’école, la concentration des élèves à l’étude) des 100 élèves du groupe d’intervention et 100 élèves du groupe de comparaison.

Résultats

• 90% des enfants de l’école avait des parasites de paludisme dans leur sang (75 % étaient infectés du P. falciparum) et 55 % étaient anémiques.

• Moins de 5% avaient la fièvre, ce qui signifie que la majorité des cas de paludisme étaient asymptomatiques.

La prise de tisane a eu un impact très significatif voire drastique aussi bien sur le taux de paludisme que le taux d’anémie. Notre souci était d’évaluer cet impact pendant six mois voir si il sera maintenu pendant six mois, mais faute d’appui financer il a été arrêté après le risque la prévalence ; dans le groupe d’intervention il n’était que de 5 % contre 75 % chez les enfants non traités.

Le pourcentage d’enfants avec des gamétocytes, les parasites palustres qui peuvent infecter d’autres personnes, était nul dans le groupe d’intervention (0,0 %) par rapport au groupe non traité (79,6 %) ce qui est non négligeable, puisque moins d’enfants vont contribuer à la réinfection lorsque la saison de pluie recommencera.

La tisane d’Artemisia réduit le risque d’anémie pendant trois mois.

La prévalence de l’anémie est également nettement plus faible dans le groupe d’intervention après le traitement comparé aux enfants non traités . La prévale est tombée de 75% à 13% dans le groupe d’intervention d’octobre en décembre contre 70% à 60% dans le groupe comparé. La prise de tisane réduit donc le risque d’anémie chez les enfants d’âge scolaire.

CONCLUSIONS :

Les résultats de cette étude observatoire sont très pertinents aussi bien pour la lutte contre le paludisme que pour les objectifs des partenaires travaillant pour la promotion de l’Artemisia.

1. La prévalence élevée du paludisme (pour la plupart) asymptomatique parmi les enfants d’âge scolaire (80%) qui représentent près d’un tiers de la population doit faire partie intégrale des efforts de lutte contre le paludisme et la promotion de la tisane d’artémisia en milieu scolaire.

2. Les écoles peuvent jouer un rôle important dans la promotion et l’utilisation par les enfants d’âge scolaire et plus largement dans la Communauté.

3. En donnant la tisane contre le paludisme à tous les enfants au début de l’année scolaire, les écoles peuvent les protéger du paludisme pour toute l’année scolaire, réduire le taux d’anémie et améliorer leurs performances scolaires.

Notre souhait est que cette étude continue jusqu’en juin ou fin d’année scolaire et intègre les autres écoles pour en faire une étude de grand échantillonnage.

Dr Lutgen de l’ONG IFBV de Luxembourg

www.000webhost.com